Road King Special : Bagger d’usine !

Nous avons appris, il y a moins d’ une semaine les difficultés que connaissaient la firme de Milwaukee. Parmi les mesures pour relancer la Motor Compagny, son PDG, Matt Levatich annonçait le lancement de 50 nouveaux modèles en 5 ans.

road king special 107Il aura fallu moins d’une semaine à la firme de Milwaukee pour décocher sa toute première flèche ; son  nom : Road King Special.

Le Road King Special  va donc épauler les Road king Standard et Classic. Pour les vieux bikers, elle évoquera la Road King Custom qui avait fait une brève apparition dans la gamme HD au mitan des années 2000.

Ce nouveau Touring peut être qualifié de tout premier custom utilisant le Milwaukee Eight ; ici en version 107 cui soit 1745 cc.

Cette « Special » est donc un pont entre les pures motos de tourisme du constructeur US et les modèles nettement plus « olé-olé », traduisez « custom », que l’on retrouve dans les gammes Dyna et Softail. Ces dernières conservent en 2017 le « vieux » TC 103… En lire plus

Harley Davidson est en panne !

Le constructeur américain a présenté de très mauvais résultats commerciaux pour l’année 2016 ; les pires depuis la crise des subprimes en 2008.

Les chiffres :

Les ventes globales ont baissé de 1,6 % par rapport à 2015.

Aux USA, ce chiffre atteint les 3,9 %. En chiffre brut, 161658 machines ont trouvé preneur en 2016 alors que durant l’année 2015, 168 240 s’étaient vendues sur le sol US.

Seule petite éclaircie, les ventes à l’export ont progressé de 2,3 % avec une forte progression en Europe et au Moyen Orient (+5,9%) alors que l’augmentation des ventes dans la zone Asie Pacifique était plus mesurée ( +2%).

Plus grave, les ventes ont baissé de 12 % au cours du dernier trimestre 2016. Harley Davidson, en mode « avis de tempête », espère vendre entre 66 000 et 71 000 machines au premier trimestre 2017 soit une baisse comprise entre 14,5 % et 20,5 %.

Le résultat net, qui est un peu le poûl de l’entreprise et ce que regarde les investisseurs, a baissé de 8 % en 2016.

Concrètement, les concessions américaines regorgent d’invendus du millésime 2016. Le ralentissement des ventes s’est fait sentir dés le printemps 2016. La Motor Compagny devra avoir recours aux offres promotionnelles.

2017 : une année de transition

En lire plus

Victory Motorcycles : C’est fini !

victory octane 2017Le groupe Polaris Industries, qui détient les marques de motos Indian et Victory, vient d’annoncer par la voix de son PDG, Scott Wine, l’arrêt définitif de l’aventure Victory qui avait débuté en 1998.

Durant ces 18 ans, 60 modèles auront porté le nom de la jeune marque américaine. Mais en 2016, Victory ne représente que 3 % des revenus du groupe Polaris. Ainsi en France, il s’est vendu 773 Indian contre 360 Victory.

La descente aux enfers de la marque coïncide avec le rachat en 2011, par le groupe spécialisé dans les engins de loisir, d’un nom chargé d’histoire et de passion : Indian.

Désormais et pour en finir avec le mélange de genres entre deux marques qui chassent peu ou prou sur les mêmes terres, les gros custom US, le groupe Polaris va se concentrer à 100 % sur sa marque premium : Indian.

Cette décision, qui n’a pas fuitée, a pourtant été prise depuis un certain temps comme l’atteste le fait que la gamme Victory pour l’Europe en 2017 ne comporte que 4 modèles. Nous pensions à tord que cette offre réduite était due à l’entrée en vigueur de la norme Euro 4. Hors, il n’en était rien.

Le groupe américain va aider les concessions durant cette période de transition et produira des pièces pour les Victory pendant 10 ans au moins. C’est peut être l’occasion pour certains de « pécho » l’excellente Victory Octane à vil prix…

Les show rooms des concessions, anciennement « Victory/ Indian », vont enfin avoir belle allure avec une politique commerciale claire et définie autour des fameuses motos à la tête de sioux.

Que l’on se dise ; « Indian is Back in Business … »

Moto Magazine : Aux kiosques Motards !

Je viens d’apprendre qu’en ce début d’année 2017, 13 salariés des éditions Moto Magazine (journalistes et administratifs) ont perdu leur emploi car le journal ne génère pas assez de revenu au niveau des ventes en kiosque.

Rappelons que Moto magazine est le seul organe d’information , aussi bien papier qu’internet, qui traite mois après mois de la défense des motards.

Ainsi, Moto magazine est monté mainte et mainte fois au combat contre le contrôle technique des deux roues motorisés. La disparition de Moto Magazine serait aussi un coup dur porté à la cohésion des motards car ce journal relaye de manière exhaustive et à grande échelle les mobilisations orchestrées par la FFMC.

Ce serait aussi la perte d’un média grand public tout acquis à notre cause.

Enfin Moto Magazine est le seul titre où l’on trouve des comparatifs dignes de ce nom sur l’équipement motard ou sur les consommables des motos.

Certes, Moto Magazine est beaucoup moins « glamour » que la plupart des mensuels ou sites internets où l’on se paluche sur la dernière nouveauté, la moto la plus « bling-bling » du mois ou sur les derniers chevaux grattés par rapport au même modèle du millésime précédent.

Certes, ces canards et sites font rêver leur lectorat (et dieu seul sait que le rêve est utile ses temps ci !) mais Moto Magazine agit dans le réel et pour le futur de la Motardie !

Pascal Girardin, un des journalistes qui a fait partie de la charrette de janvier, a fait un calcul très simple : Si 500 000 motards (dignes de ce nom) sur plus de deux millions d’utilisateurs de deux roues à moteur achètent une SEULE fois par an le mag’ ou un hors série à 4,90 €, le titre sera sauvé et les journalistes pourront être réembauchés.

Petit plus, le journal pourra même se passer totalement de publicité, ce qui le rendra encore plus indépendant !

Donc, l’avenir de Moto Magazine est entre vos mains ! Ne le laissez pas crever !!!

  • Archives

  • Blogroll